Crédits : Dorian Loubière photographe ©

Une prétendante au titre de Miss Auvergne 2019 vient de pousser un gros coup de gueule dans les médias. Amandine Billoux accuse le comité en charge du concours de l’avoir écartée à cause de son poids. Sylvie Teiller riposte.

Amandine Billoux ne décolère pas. Cette jeune femme, candidate à l’élection départementale de Miss Volcans d’Auvergnes 2019, a dit le fond de sa pensée fin octobre sur le plateau de l’émission « Touche pas à mon poste ». Au début du mois, sur C8, elle avait accusé le concours Miss France de grossophobie car l’un des membres du comité l’aurait recalée des sélections en ces termes : « Tu as une très jolie tête, mais le corps ne passe pas », avance-t-elle. Des propos formellement démentis par la directrice de Miss France, Sylvie Teiller. « Cette jeune femme a participé à une élection locale mais n’a pas gagné. En fait, elle n’a pas été retenue pour cette année, on l’a invitée à se représenter l’année prochaine. Si elle avait remporté un titre départemental bien sûr qu’elle aurait été sélectionné. Je peux vous dire que j’ai beaucoup de candidates régionales, voire des Miss France, qui ne rentrent pas dans un 36 et qui sont adorées par le public. En aucun cas je veux me priver de ce genre de personnalités », a répondu Sylvie Tellier au micro de Benjamin Castaldi.
Sauf que de nouveau invitée dans « Touche pas à mon poste», Amandine Billoux a contredit l’ex-Miss France. « C’est un tissu de mensonges ! » a-t-elle vivement contesté. « J’ai terminé deuxième du concours Miss Volcans d’Auvergne mais ils ont pris la 3e… C’est fou car quand Sylvie Tellier dit haut et fort que je n’ai pas été élue du public c’est faux. Moi ma place de première dauphine je ne l’ai pas volée. Et je pense que quand on est sur scène et qu’on entend les applaudissements du public ça fait chaud au coeur et ça prouve que les gens aiment le changement, et ça elle ne l’assume pas en fait », s’est-elle offusquée.
Des accusations qu’Amandine a confirmé dans le journal La Montagne. La Cantalienne, qui mesure 1,79 m, reste persuadée qu’elle a été mise à l’écart à cause de sa silhouette. « Entre l’élection à Brioude, où j’ai été élue première dauphine de Miss Volcans d’Auvergne, et aujourd’hui, j’ai perdu 8 kilos. Si j’étais vraiment trop grosse, il fallait me le dire à ce moment-là. (…) Oui, j’ai des formes et je les revendique. En France, les femmes ne font pas toutes du 36-38. C’est moi qui suis dans la norme, avec ma taille 42. (…) J’ai toujours été ronde, mais le seul critère physique qu’on nous a toujours donné, jusque-là, c’est la stature, la hauteur. Il n’a jamais été question de poids… Et pour cause : ce serait discriminant et donc illégal ! Le Comité Miss France se garde bien de le dire tout haut, mais agit en dessous. Il ne veut pas avoir à s’expliquer là-dessus, mais c’est flagrant. Je suis en colère, parce que tout ça est illégal et surtout très injuste… », s’est-elle agacée.

Pour en savoir plus : cliquez ici et ici

Crédits photo : Dorian Loubière photographe ©