Une équipe de recherche américaine s’est appuyée sur sa récente découverte autour du PGRMC2, qui se lie à une molécule essentielle appelée hème, une des principales composantes du sang. Ces travaux pourraient conduire à de nouvelles approches pour lutter contre l'obésité et, potentiellement, contre de nombreuses autres maladies.

Une équipe de recherche américaine s’est appuyée sur sa récente découverte autour du PGRMC2, qui se lie à une molécule essentielle appelée hème, une des principales composantes du sang. Ces travaux pourraient conduire à de nouvelles approches pour lutter contre l’obésité et, potentiellement, contre de nombreuses autres maladies.

On le sait : il reste encore beaucoup de choses à comprendre sur le fonctionnement de l’obésité et de l’accumulation de gras dans le corps humain. Les scientifiques du Scripps Research Institute (Etats-Unis) ont découvert de façon inattendue une protéine qui est fortement exprimée dans les tissus adipeux. Cette protéine, connue sous le nom de PGRMC2, n’a pas fait l’objet de vastes études dans le passé. Elle est surtout présente dans l’utérus, le foie et plusieurs autres parties du corps, et pourrait mener à de nouvelles approches pour traiter l’obésité. Les résultats de l’étude ont été publiés dans la très sérieuse revue Nature.
Enrique Saez, professeur associé au département de médecine moléculaire au Scripps Research, a constaté que cette protéine était plus abondante dans les tissus adipeux – en particulier dans la graisse brune, qui transforme les aliments en chaleur et maintenir la température du corps. L’équipe de recherche s’est appuyée sur sa récente découverte autour du PGRMC2, qui se lie à une molécule essentielle appelée hème, une des principales composantes du sang. Cette molécule, contenant du fer, se déplace à l’intérieur des cellules pour permettre des processus vitaux cruciaux, comme la respiration cellulaire, la prolifération cellulaire, la mort cellulaire et les rythmes circadiens. Enrique Saez et son équipe ont découvert que PGRMC2 servait de « chaperon » à la molécule hèle et que sans chaperon protecteur, l’hème réagirait en détruisant tout sur son passage.
« L’importance de l’hème pour de nombreux processus cellulaires est connue depuis longtemps, explique Enrique Saez. Cependant, nous savions aussi que l’hème est toxique pour les matériaux cellulaires qui l’entourent et qu’il aurait besoin d’une sorte de véhicule. Jusqu’à présent, il y avait beaucoup d’hypothèses, mais les protéines du trafic hémique n’avait pas été identifiées.
»


Une protéine pour décharger la graisse

La question à laquelle les chercheurs tentent de répondre ici est de savoir s’il s’agit d’une approche novatrice pour lutter contre l’obésité ou non. Ainsi, dans le but d’explorer davantage, les scientifiques ont établi PGRMC2 comme le premier chaperon intracellulaire hémique à être décrit chez les mammifères par des études impliquant des souris. Cependant, ils ne se sont pas arrêtés là ; ils ont cherché à savoir ce qui se passe dans le corps si cette protéine n’existe pas pour transporter l’hème.
Ils ont découvert que sans PGRMC2 présent dans leurs tissus adipeux, les souris nourries avec une alimentation riche en graisses devenaient intolérantes au glucose et insensibles à l’insuline, ce qui est un symptôme caractéristique du diabète et d’autres maladies métaboliques. De même, les souris obèses-diabétiques qui ont été traitées avec un médicament pour activer la fonction PGRMC2 ont montré une amélioration considérable des symptômes associés au diabète.
« Nous avons vu l’état des souris s’améliorer, devenir plus tolérantes au glucose et moins résistantes à l’insuline, indique Enrique Saez. Nos résultats suggèrent que la modulation de l’activité de PGRMC2 dans les tissus adipeux pourrait être une approche pharmacologique utile pour renverser certains des effets graves de l’obésité sur la santé. »



Changement de température

L’équipe a également cherché à savoir si la protéine modifie ou non d’autres fonctions des graisses brunes et blanches. La graisse brune, qui est normalement la plus riche en hème, est souvent considérée comme la «bonne graisse». Le rôle principal de la graisse brune est de générer de la chaleur pour maintenir la température corporelle. Chez les souris qui n’ont pas pu produire de PGRMC2 dans leurs tissus adipeux, les températures ont chuté rapidement lorsqu’elles ont été placées dans un environnement froid.
« Même si le cerveau envoyait les bons signaux pour augmenter la chaleur, les souris étaient incapables de défendre leur température corporelle, explique Andrea Galmozzi, l’auteure principale de l’étude. Sans hème, nous avons un dysfonctionnement mitochondrial, et la cellule n’a aucun moyen de brûler l’énergie pour générer de la chaleur. »
Enrique Saez croit que l’activation du chaperon hémique dans les organes, y compris le foie, peut être une réponse possible à de nombreux troubles métaboliques dont souffrent les gens. « Nous sommes curieux de savoir si cette protéine joue le même rôle dans d’autres tissus où nous voyons des défauts dans l’hème qui entraînent des maladies », conclut Enrique Saez.

Pour en savoir plus : Cliquez ici

A lire aussi