Dans cette partie du continent nord-américain, un enfant sur quatre souffre d'obésité. Plus de 200 pédiatres québécois ont écrit au Premier ministre pour lui rappeler l'urgence de la situation.

Dans cette partie du continent nord-américain, un enfant sur quatre souffre d’obésité. Plus de 200 pédiatres québécois ont écrit au Premier ministre pour lui rappeler l’urgence de la situation.

Le monde devrait compter 250 millions d’enfants et d’adolescents en situation d’obésité en 2030, contre 150 millions aujourd’hui, selon les projections de la Fédération mondiale de l’obésité, un regroupement de chercheurs et de médecins qui tire la sonnette d’alarme en publiant le premier atlas international de l’obésité juvénile. Au Canada, le nombre d’enfants et d’adolescents obèses de 5 à 19 ans devrait s’élever à 1,1 million d’ici 2030. Le pays présente des taux de risque au-dessus de la moyenne internationale, avec seulement 16% de chances d’atteindre l’objectif fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d’enrayer l’augmentation du nombre de cas d’obésité infantile avant 2025. Présentement, un jeune Canadien sur quatre souffre de surpoids ou d’obésité.



Des facteurs interreliés

En cause, un ensemble complexe de facteurs interreliés, selon Santé Canada. Les enfants sont plus sédentaires et passent plus de temps devant les écrans, ils ont un accès inégal aux activités physiques, l’industrie alimentaire leur offre plus de produits à teneur élevée en gras, en sucre et en sodium, et les portions de nourriture sont plus importantes.
Le 11 octobre dernier, 223 pédiatres québécois ont présenté une lettre au gouvernement du Premier ministre François Legault pour lui demander de reconnaître l’obésité comme une maladie et d’investir massivement en prévention, pour contrer ce qu’ils estiment être « la pire épidémie de santé du XXIe siècle ».

Pour en savoir plus : Cliquez ici