La radio antillaise RCI a interviewé un groupe de jeunes guadeloupéens à son retour du centre de soins de suite et de réadaptation Les Écureuils, basé en Lozère.

Des témoignages saisissants.

La radio antillaise RCI a interviewé un groupe de jeunes guadeloupéens à son retour du centre de soins de suite et de réadaptation Les Écureuils, basé en Lozère. Témoignages saisissants. A lire et à écouter sur le site de la station. En Guadeloupe, la surcharge pondérale est un phénomène de plus en plus préoccupant chez les plus jeunes avec 12 % de surpoids et 9 % d’obésité. A Saint-Claude, la radio RCI a rencontré Rhayane et de Raïley, 12 et 13 ans, deux adolescents qui sont partis au centre de soins de suite et de réadaptation (SSR) les Ecureuils. Un centre installé à Antrenas, en Lozère, spécialisé dans le traitement de l’obésité des enfants. Ce site, qui compte 60 places, a accueilli cette année 12 jeunes guadeloupéens.
Dans le reportage réalisé par Stéphanie Sérac Rhayane et Raïley, ces jeunes patients témoignent, ainsi que leurs mamans Nancy et Isabelle, une semaine après leur retour (découvrir le reportage en cliquant ici).
En quelques mois seulement, ces adolescents ont perdu des kilos, gagné en confiance et en maturité. « Si tu mangeais moins tu pourrais faire du sport »… C’est ainsi qu’un professeur s’était adressé à Raïley. Encore bouleversée par ce propos aussi radical qu’inutile, Isabelle, la maman de l’adolescent tient à alerter sur le regard des autres. « Il faut arrêter de juger. On ne sait pas ce qui se passe dans la tête d’un enfant obèse. Les gens s’imaginent que c’est juste parce qu’ils mangent trop mais souvent derrière il y a d’autres souffrances », insiste Isabelle qui a affirme avoir été beaucoup aidée à mieux comprendre son enfant par les équipes du SSR d’Antrenas.



Un autre groupe aux Écureuils jusqu’à fin août

Tous les parents émettent le souhait qu’un tel centre puisse être implanté en Guadeloupe. L’hôpital Sainte-Marie à Grand-Bourg de Marie-Galante tente notamment de se positionner sur le traitement de l’obésité infantile. L’association L’Agosse, Association Antilles-Guyane de lutte contre l’obésité, le surpoids, la sédentarité chez l’enfant fait partir des jeunes pendant plusieurs mois dans l’Hexagone dans ce centre de soins de suite spécialisé.
La responsable de l’Agosse, Marie-Alice Sextius reconnaît ne pas pouvoir répondre à toutes les demandes. « Je vais devoir dire non à certains jeunes qui veulent partir », déplore-t-elle. Un autre groupe de jeunes est déjà parti fin juin au SSR les Ecureuils jusqu’en août.