Selon une nouvelle étude américaine, l’exposition aux produits chimiques présents dans de nombreux plastiques et canettes en aluminium pourrait augmenter les risques d'obésité chez les enfants.

Selon une nouvelle étude américaine, l’exposition aux produits chimiques présents dans de nombreux plastiques et canettes en aluminium pourrait augmenter les risques d’obésité chez les enfants.

L’obésité progresse dans le monde entier. Entre 1975 et 2016, les taux de cette maladie chez les enfants et les adolescents sont passés de moins de 1% (5 millions de filles et 6 millions de garçons) à près de 6% chez les filles (50 millions) et près de 8% chez les garçons (74 millions).
D’après une étude conduite par Mélanie Jacobson et parue fin juillet dans le Journal of the Endocrine Society, si des facteurs génétiques jouent bien un rôle dans l’augmentation de l’obésité infantile, l’exposition aux produits chimiques présents dans de nombreux plastiques pourrait également être en cause. Le bisphénol S (BPS) et le bisphénol F (BPF) sont des produits manufacturés utilisés dans certaines sortes de plastiques, les canettes en aluminium, les tickets de caisse ou les étiquettes alimentaires. Ils sont utilisés pour remplacer le bisphénol A (BPA), un perturbateur endocrinien très nocif pour la santé humaine interdit depuis 2015 en France.
Dans cette étude, des chercheurs de l’Ecole de médecine de New York ont utilisé des données issues de sondages sur la santé nationale américaine et sur la nutrition pour déterminer les liens entre le BPA, le BPS, le BPF et la masse corporelle chez des enfants et ados âgés de 6 à 19 ans. Ils ont alors remarqué que les jeunes présentant les taux les plus importants de BPS et de BPF dans leurs urines étaient plus susceptibles d’être obèses que ceux avec de plus faibles niveaux.
L’obésité infantile est un sujet de préoccupation partout dans le monde. En France en 2013, 12% des enfants de grande section de maternelle étaient en surcharge pondérale et 3,5% étaient obèses. Ces chiffres augmentent souvent avec l’âge pour atteindre près de 18% d’enfants en surcharge pondérale en CM2 et près de 4% obèses. Qui plus est, parmi les enfants en surcharge pondérale ou obèses à l’âge de 6 ans, près de un sur deux l’est encore en classe de troisième. Même pour les obésités plus légères (IMC de 30 à 34,9), les patients courent 70% plus de risques de développer une insuffisance cardiaque. L’obésité serait également à l’origine de cancers (du foie, du sein, du pancréas…) et présenterait des risques de dépression et de dégradation de la vie sexuelle.
Pour en savoir plus : cliquez ici