Des chercheurs californiens travaillent sur des molécules similaires au cannabis fabriquées naturellement par l’organisme. Ils espèrent que la réduction de ces endocannabinoïdes pourrait entraîner une meilleure régulation du comportement alimentaire.

Des chercheurs californiens travaillent sur des molécules similaires au cannabis fabriquées naturellement par l’organisme. Ils espèrent que la réduction de ces endocannabinoïdes pourrait entraîner une meilleure régulation du comportement alimentaire.

Une équipe de l’Université de Californie Riverside a repris la piste de travail sur la dépendance alimentaire, pour lutter contre l’hyperphagie, le surpoids et l’obésité. Menée sur des souris, l’étude présentée dans la revue Frontiers in Physiology suggère qu’en réduisant les endocannabinoïdes, des molécules similaires au cannabis, il serait possible de réguler le comportement alimentaire.
Sur un modèle de souris, l’équipe montre qu’une signalisation endocannabinoïde hyperactive dans l’intestin conduit à une suralimentation typique de l’obésité. Les endocannabinoïdes étant des molécules similaires au cannabis fabriquées naturellement par l’organisme pour réguler plusieurs processus, immunitaire, comportemental et neuronal. Comme le cannabis, les endocannabinoïdes peuvent impacter le comportement de dépendance alimentaire



Un impact sur la satiété

Les chercheurs ont constaté une activité élevée des endocannabinoïdes au niveau des récepteurs CB1 des cannabinoïdes dans l’intestin, chez des souris nourries avec un régime alimentaire riche en sucres. Ils ont remarqué également que cette hyperactivité endocannabinoïde empêche la sécrétion – normalement induite par les aliments – d’un peptide (1) de satiété, la cholécystokinine, un acide aminé à chaîne courte dont le rôle est d’inhiber l’apport alimentaire. Les souris mangent alors en excès.



Un cercle vicieux de suralimentation

Ces résultats viennent confirmer ceux de précédentes études qui suggéraient – également chez la souris – que l’exposition aux graisses alimentaires stimule la production d’endocannabinoïdes dans l’intestin, ce qui induit une consommation répétée d’aliments riches en graisses et finalement un cercle vicieux de suralimentation.
D’autres études chez l’homme ont montré que les niveaux d’endocannabinoïdes augmentent dans le sang juste avant et après la consommation d’un aliment savoureux et très énergétique. De plus, ces niveaux sont élevés chez les personnes atteintes d’obésité.

(1) Peptide : substance chimique constituée d’au moins deux acides aminés.

Pour en savoir plus : Cliquez ici