Des chercheurs allemands se sont attaqués au cliché (tenace) des jeux vidéo qui rendraient les adolescents obèses. Et leurs conclusions vint à l’encontre des préjugés.

Des conclusions qui vont à l’encontre des idées reçues

Des chercheurs allemands se sont attaqués au cliché (tenace) des jeux vidéo qui rendraient les adolescents obèses. Et leurs conclusions vint à l’encontre des préjugés. Car le cliché du « gamer », on le connaît bien selon un article du magazine Top Santé qui cite l’enquête : on imagine un jeune adulte qui passe sa journée dans le noir, affalé sur son canapé, une manette de jeu vidéo dans une main et un sachet de chips dans l’autre. Et si on se fie aux stéréotypes, le lien entre les jeux vidéo et l’épidémie d’obésité est absolument évident. Pourtant, selon une récente étude conduite par la University of Würzburg (Allemagne), il s’agirait surtout d’une idée reçue.



Pas de corrélation entre l’IMC et les pratiques du « gamer »

Des chercheurs allemands ont passé en revue 20 études internationales antérieures portant sur un total de 38 000 participants. Leurs conclusions qui publiées dans le journal spécialisé Social Science & Medicine vont à l’encontre des préjugés : « Chez les enfants et les adolescents, il n’existe pas de corrélation entre un indice de masse corporelle supérieur à 30 et une pratique des jeux vidéo, explique le Pr. Markus Appel, auteur de ces travaux. Chez les adultes, le lien existe mais la pratique des jeux vidéo n’est responsable qu’à hauteur de 1 % de la situation d’obésité de la personne ».
Les chercheurs ajoutent par ailleurs s’être uniquement intéressés aux jeux vidéo sédentaires (c’est-à-dire : des jeux vidéo qui se jouent assis, sur la console ou sur l’ordinateur) mais précisent que de nombreux jeux vidéo modernes invitent désormais le joueur à bouger. Les scientifiques citent notamment certaines consoles (Wii…), certaines technologies comme la réalité virtuelle et certains phénomènes comme par exemple Pokémon Go.