Des chercheurs du Aarhus University Hospital (Danemark) viennent de découvrir un lien entre la dépression et le surpoids : ainsi, un surpoids de 10 kilos environ augmenterait de 70 % le risque de développer une dépression.

Les personnes en situation d’obésité ou de surpoids présentent un risque plus élevé de développer une dépression, selon une nouvelle étude danoise.

Des chercheurs du Aarhus University Hospital (Danemark) viennent de découvrir un lien entre la dépression et le surpoids : ainsi, un surpoids de 10 kilos environ augmenterait de 70 % le risque de développer une dépression. « Notre étude montre que ce n’est pas la surcharge pondérale en elle-même ou sa localisation dans le corps qui est responsable de l’augmentation du risque de dépression : il s’agit plutôt d’une conséquence psychologique chez la personne en surpoids, ce n’est pas biologique… », précise le Dr. Søren Dinesen Østergaard, co-auteur de ces travaux qui ont été publiés dans le journal spécialisé Translational Psychiatry.
Les chercheurs danois fondent leurs conclusions sur l’étude de données médicales génétiques britanniques (issus de la UK Biobank) concernant 330 000 personnes, mises en relation avec des données médicales psychiatriques (issues du Psychiatric Genomics Consortium) concernant 135 000 personnes souffrant de dépression et 345 000 personnes n’en souffrant pas. « Les conséquences psychologiques du surpoids et de l’obésité incluent une estime de soi faible ainsi qu’une image de soi négative : ce sont les deux moteurs principaux qui conduisent au développement d’une dépression. » expliquent les auteurs. Qui invitent leurs lecteurs à mesurer leurs propos face à une personne obèse, ainsi qu’à ne pas (plus?) stigmatiser l’excès de poids

Pour en savoir plus : cliquez ici.