Dans cette vidéo très tonique de deux minutes, la cofondatrice du collectif Gras Politique demande juste « le droit de vivre comme tout le monde, comme des personnes normales, avec nos kilos en trop et notre obésité ».

Dans un long et très intéressant reportage publié récemment, l’hebdomadaire belge Moustique aborde le sujet de la grossophobie.

L’article démarre par la volée de commentaires haineux qui a été déversée sur internet après la diffusion d’une vidéo de la militante française Daria Marx pour le média Kombini.
Dans cette vidéo très tonique de deux minutes, la cofondatrice du collectif Gras Politique demande juste « le droit de vivre comme tout le monde, comme des personnes normales, avec nos kilos en trop et notre obésité ». Elle y fustige la grossophobie, cette forme de discrimination particulière à l’encontre des personnes obèses ou en surpoids et qui semble plus souvent viser les femmes.



Le terme a été inventé en 1996 par l’actrice française Anne Zamberlan dans son livre Coup de gueule contre la grossophobie qu’elle définit comme « une aversion ou une attitude hostile envers les personnes en surpoids ». Deux décennies plus tard, le combat est loin d’être fini. « Je vous vois me regarder, je sais que je suis différente de vous. Je vois que vous me jugez » proclame Daria Marx.
Face caméra, elle pointe le harcèlement scolaire (63% des enfants obèses risquent d’en être victimes), la discrimination à l’embauche, la violence médicale et le manque d’infrastructures adaptées. C’en était apparemment trop pour l’armée de haters qui s’est déchaînée dans les commentaires de la vidéo YouTube.

Pour en savoir plus : cliquez ici