Des diététiciens, des éducateurs en activités physiques adaptées, une sophrologue et une psychologue ont créé Rés'Obésité 11. Cette association entend accompagner les personnes en situation de surpoids et d'obésité.

Des diététiciens, des éducateurs en activités physiques adaptées, une sophrologue et une psychologue ont créé Rés’Obésité 11. Cette association entend accompagner les personnes en situation de surpoids et d’obésité.

Proposer une prise en charge diététique, physique et psychologique. Organiser des ateliers autour de différents thèmes afin d’offrir une information éclairée aux adhérents en lien avec l’alimentation et l’aspect nutritif. Parler de la gestion des émotions, de l’activité physique, de l’estime de soi… l’association Rés’Obésité 11 créée en 2019 à Carcassonne passe la vitesse supérieure.
Composé de trois diététiciennes, deux éducateurs en activités physiques adaptées, une sophrologue et une psychologue, Rés’Obésité 11 entend travailler en équipe et orienter les patients. Le groupe se réunit tous les mois et prévoit, à partir de février, d’organiser des ateliers à thème à l’attention des personnes en surpoids et leurs accompagnants. Le premier rendez-vous, programmé pour le 17 février, sera dédié à la sophrologie. « Les conseils de ce réseau ne sont pas uniquement destinés aux personnes en surpoids mais aussi à celles en devenir, dont les jeunes. Les parents sont en demande de conseils face à une offre alimentaire anarchique », relève, dans le journal l’Indépendant, Jean-Jacques Curier, éducateur en activités physiques adaptés.

Lancée dans la foulée de la création du Centre d’obésité de Carcassonne par le centre hospitalier, Rés’Obésité 11 s’inscrit en qualité de partenaire de l’établissement public de santé afin de proposer un parcours de soins personnalisé aux patients. Le Dr Sixte-Henri Sondji, chirurgien viscéral à Carcassonne, et Carole Coll, actuellement en master II Education à la santé, participent pleinement aux actions de Rés’Obésité 11. « Ce réseau s’inscrit dans le cadre d’une volonté nationale de créer une liaison entre l’hôpital et la ville », insiste Carole Coll.

Pour en savoir plus : Cliquez ici