Menée par une équipe du Karolinska Institutet (Suède), une étude suggère, dans l’International Journal of Cancer, que le risque de cancer du côlon est accru chez ces patients obèses ayant subi une chirurgie de perte de poids.

Menée par une équipe du Karolinska Institutet (Suède), une étude suggère, dans l’International Journal of Cancer, que le risque de cancer du côlon est accru chez ces patients obèses ayant subi une chirurgie de perte de poids.

Si la chirurgie bariatrique permet la réduction de poids, elle semble augmenter le risque de cancer colorectal. Selon l’étude conduite par une équipe de l’Université médicale du Karolinska Institutet (Suède), le risque de cancer du côlon serait accru de 13 % chez ces patients obèses ayant subi une chirurgie de perte de poids. C’est l’un des rares effets secondaires sévères associés aujourd’hui à la chirurgie bariatrique. D’autres études seront nécessaire pour caractériser les patients les plus vulnérables. Tels sont les conclusions qui ont été publiés très récemment dans l’International Journal of Cancer.



Une cohorte de 500 000 patients

Estimant que les preuves actuelles sur la corrélation entre la chirurgie bariatrique et le risque de cancer colorectal étaient limitées et mitigées, les chercheurs suédois ont entrepris une large étude de cohorte, sur un total de 502 772 participants de cinq pays ayant reçu un diagnostic d’obésité. Parmi eux, 49 931 (9,9%) ont subi une chirurgie bariatrique. Ces participants ont été suivis sur plus de trente ans, de 1980 à 2015.
Au terme de cette analyse, les chercheurs estiment que le risque global du cancer du côlon est accru de 56% après une chirurgie bariatrique (vs en population générale). Cette incidence est encore plus élevée plus de dix ans après la chirurgie.
Cette augmentation chez les patients opérés vis-à-vis des patients non opérés atteint 55%, dix à quatorze ans après la chirurgie bariatrique. A noter que le risque de cancer du rectum ne semble pas significativement impacté par la chirurgie de l’obésité.

Pour en savoir plus : Cliquez ici