Selon une étude réalisée aux Etats-Unis, ces dernières années, le nombre de cancers associés à l'obésité a beaucoup augmenté chez les 50-54 ans.

Selon une étude réalisée aux Etats-Unis, ces dernières années, le nombre de cancers associés à l’obésité a beaucoup augmenté chez les 50-54 ans.


L’obésité est l’un des nombreux fléaux de notre société. A l’échelle de la planète, le nombre de cas a quasiment triplé depuis 1975. En 2016, plus de 650 millions d’adultes étaient obèses, soit 13% de la population mondiale, d’après les chiffres de l’OMS (Organisation mondiale de la santé).
Cette statistique inquiète d’autant plus l’OMS que l’obésité est liée à de nombreux problèmes de santé, allant des maladies cardiovasculaires comme l’hypertention, l’AVC ou les crises cardiaques au diabète de type 2 en passant par de nombreuses formes de cancer. Alors que jusqu’ici les cancers associés à l’obésité (CAO) étaient surtout diagnostiqués chez les plus de 65 ans, ils apparaissent de plus en plus chez les personnes plus jeunes et certains groupes de populations.
D’après une nouvelle étude parue le 14 août dans la revue JAMA Network Open, cette augmentation est surtout frappante chez les 50-54 ans, et particulièrement chez les personnes noires et/ou hispaniques. Pour en arriver à ces conclusions, les chercheurs de la Case Western Reserve University ont analysé six millions de cancers recensés aux Etats-Unis entre 2000 et 2016 par la Surveillance épidémiologique et des résultats finaux (SEER), source officielle pour les statistiques américaines sur le cancer.
Ils ont étudié le nombre de cas par type de cancer, en fonction de l’âge, du sexe et de l’origine des individus. Les scientifiques ont remarqué que les CAO étaient considérablement plus élevés chez certaines populations. S’ils ont évolué chez les 20 à 49 ans, c’est chez les 50-54 ans qu’ils ont vraiment explosé : dans cette tranche d’âge le nombre de CAO ans a augmenté de 25% chez les femmes blanches non hispaniques et de près de 200% chez les femmes hispaniques.
Les CAO comprennent le cancer colorectal, du sein chez la femme, de l’utérus, des ovaires, de la vésicule biliaire et d’autres organes biliaires, de l’œsophage, de l’estomac, du foie et des canaux biliaires, du pancréas, du rein, de la thyroïde et du myélome multiple. Dans le détail, des plus fortes augmentations ont été observés concernant le cancer de l’utérus chez les femmes hispaniques et dans les cancers du foie et de la thyroïde dans tous les autres groupes.

Pour en savoir plus : cliquez ici.